Archives de catégorie : Renouvelables

Un monde sans émissions de CO2

L’Accord de Paris l’affirme: pour maintenir le réchauffement global « bien au-dessous » de 2°C, son objectif principal, il faudra au cours de la deuxième moitié du siècle parvenir à zéro émissions nettes de gaz à effet de serre.

Extrait du dernier World Energy Outlook, ce graphe montre que les scénarios 2°C, « well below 2°C » voire « 1.5°C » ont en commun de nécessiter des émissions nettes nulles, de préférence entre 2040 et 2060, à moins de supposer des émissions négatives un peu plus tard.

Pour y parvenir, on devra non seulement « tout électrifier » ou presque, mais aussi produire des vecteurs énergétiques gazeux et liquides à base d’hydrogène ex-renouvelables, tels l’hydrogène gazeux, des composés azotés comme l’ammoniaque, ou des alcools ou hydrocarbures synthétiques mais « neutres en carbone » donc fabriqués avec du carbone pris dans l’atmosphère. Des « carburants » liquides de préférence, donc faciles à transporter par pipe-lines et bateaux et faciles à stocker. Il y faudra des usines alimentées en électricité par une combinaison d’énergies solaire, éolienne, et éventuellement hydraulique situées dans les endroits du globe où ces ressources sont les plus abondantes et régulières, comme la Patagonie, la corne de l’Afrique, l’Australie occidentale, le Sahara occidental… et quelques autres un peu moins favorables mais plus proches.  A problème mondial, réponse mondiale. Non seulement la participation de tous les pays est indispensable, mais de plus, il faut se faire une raison: un monde sans carbone ne sera pas totalement décentralisé et vernaculaire. Non, les renouvelables ne donneront pas à tous les pays les moyens d’une indépendance énergétique totale – il s’en faut de beaucoup. Dissipons les illusions pour mieux penser… euh… un futur désirable (pardon) mais réaliste. J’y reviendrai dans une série de notes à venir.

Vers l’acier sans émissions de GES

carbonfree steelmaking

La nouvelle est passée pratiquement inaperçue, or c’est une avancée majeure dans la voie d’une économie avec zéro émissions nettes de gaz à effet de serre. Les sidérurgistes suédois SSAB et LKAB se sont associés à l’électricien Vattenfall pour développer Hybrit, un procédé de fabrication d’acier sans émissions de CO2 basé sur les énergies renouvelables.

Continuer la lecture

REmap 2016: un plan « irénique »?

RE map ES1 frL’agence internationale des énergies renouvelables – l’IRENA – a publié en mars une édition refondue de la synthèse d’un effort majeur, REmap, qui vise à montrer comment doubler d’ici 2030  la part des renouvelables dans le mix énergétique mondial d’ici en 2030. Cette seconde édition, profondément refondue, est un document remarquable. Seul le résumé est disponible en français.

Continuer la lecture

Prix de l’électricité: nouveau record mondial pour l’éolien (bis repetita placent)

000254439_5

Bis repetita placent, d’accord, mais je vais bientôt être en panne de titres nouveaux et intéressants. Le 22 avril dernier, j’annonçais sur ce blog un nouveau record mondial pour l’éolien à un prix de 4,1 US cents le kilowattheure pour Engie en Egype (Le point commun c’est Suez…), sans production tax credit contrairement aux prix inférieurs annoncés parfois aux Etats-Unis, mais en réalité supérieurs.

Mais l’appel d’offres remporté par le consortium d’Enel Greenpower avec Nareva et Siemens au Maroc bat ce record à plates coutures, avec un prix de 308,74 dirhams au MWh, soit 31 US cents le kWh – 25% de moins qu’il y a… pas un an. Une prouesse d’Enel, c’est sûr, mais il faut noter que deux des concurrents éliminés, EDF EN/Alsthom/Fipar et Engie/Vestas avaient également tapé au-dessous du niveau égyptien.

Continuer la lecture

La transition énergétique ou la spéculation!

« Les efforts d’investissements visant à relancer la croissance économique –le plan Juncker, l’augmentation du bilan de la banque centrale européenne – doivent être dirigés vers des investissements rentables, sûrs et utiles, en particulier les réseaux électriques, les économies d’énergie et les énergies renouvelables. Ainsi investi, cet argent ne risquera pas d’alimenter de nouvelles bulles spéculatives. » Cest par ces mots que Maria van der Hoeven, la directrice de l’AIE, a conclu son discours au colloque du Syndicat des Energies Renouvelables, jeudi (12 février 2015).
Son discours est ici et toutes ses slides sont (y compris celle qui n’a pas été reproduite dans le discours).

Les renouvelables compensent le déclin du gaz européen

Picture1

Source: AIE

Ce pourrait être un test de Rorschach – sauf que c’est réel. Sur ce graphe, figure en positif la production électrique additionnelle de l’éolien et du solaire depuis 2005 en Europe, environ 250 TWh/an. Avec des centrales à gaz à cycle combiné d’efficacité 50%, il faudrait à peu près 50 milliards de mètres cubes de gaz pour générer cette électricité. Dans la même période, la production domestique de gaz en Europe a reculé d’environ 42 milliards de mètres cubes – c’est la partie bleue sous la ligne zéro.

Le parallélisme des formes devrait se poursuivre dans les prochaines années, avec une production renouvelable supplémentaire par rapport à 2005 dépassant 350 TWh/an, tandis que la production gazière européenne devrait encore reculer de 20 milliards de mètres cubes, selon les projections à moyen terme de l’AIE.

La compétitivité des renouvelables sur les marchés de l’électricité : un mirage ?

La question est très fréquemment posée : les nouvelles énergies renouvelables – notamment l’éolien et le solaire photovoltaïque – sont-elles désormais compétitives sur les marchés de l’électricité ? De fait les coûts de ces technologies ont diminué ces dernières années – sensiblement dans le cas de l’éolien, considérablement dans celui du photovoltaïque.

Il n’y a bien sûr pas de réponse univoque à cette question, les ressources variant beaucoup d’un pays à l’autre, tout comme le coût des compétiteurs – et même le prix des technologies éoliennes ou solaires. Mais il y a aussi et surtout un problème dans la question même. Car ce n’est pas parce qu’une énergie renouvelable peut produire de l’électricité à un coût actualisé compétitif avec celui d’une autre source d’énergie, qu’elle sera forcément compétitive « sur les marchés de l’électricité ». Continuer la lecture

Au soleil du Maroc

Le potentiel solaire et éolien du Maroc est considérable, et commence à être exploité. Le Maroc construit sa première centrale solaire thermodynamique et d’autres suivront. L’ouverture tant attendue des réseaux basse et moyenne tensions au photovoltaïque permettra d’optimiser ce déploiement: au PV la production diurne, au thermodynamique la production en soirée, aux heures de pointe de la consommation, en substitution au fioul. Qui ne sera plus subventionné. Continuer la lecture