Nagasaki

Pourquoi Nagasaki?
On connaît les termes du débat à propos d’Hiroshima. La thèse officielle, c’est qu’il s’agissait de faire plier le Japon et d’épargner la vie de milliers de soldats américains. Mais on sait que le Japon avait déjà offert sa capitulation. La thèse alternative, c’est qu’il s’agissait d’impressionner les Russes, notamment en Europe. Comme l’a écrit André Fontaine, ce n’était pas le dernier acte de la Seconde Guerre Mondiale, mais le premier acte de la Guerre Froide.
Pourtant, Nagasaki montre qu’aucune des deux thèses n’est tout à fait suffisante pour expliquer… Hiroshima et Nagasaki.

Qu’il s’agisse de faire capituler le Japon ou de tenir l’URSS en respect, Nagasaki n’ajoutait rien à l’horreur d’Hiroshima. Au contraire, même, car la bombe lâchée sur Nagasaki était la troisième et dernière de l’arsenal américain. Ils n’en auraient pas d’autres avant 1949… Certes, les Russes n’étaient pas censés le savoir; mais ils étaient quand même susceptibles de l’apprendre. Autrement dit, Nagasaki désarmait l’Amérique face aux ambitions européennes de l’Union Soviétique…

Alors, quoi? Alors, on ne peut comprendre Nagasaki qu’en ajoutant l’ingrédient… de la curiosité scientifique. Fat Man était une bombe au plutonium, alors que Little Boy, lâchée sur Hiroshima trois jours plus tôt, était une bombe à l’uranium enrichi. Et il était tentant, pour les militaires, d’en comparer les effets sur de « vraies » cibles…

J’avais écrit un article sur ce thème dans Libération, je crois en août 1980. Cet article du NewYorker accrédite un peu plus cette vision des choses en révélant que Truman n’aurait pas été informé au préalable de la destruction de Nagasaki, – et ne l’aurait donc pas décidée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *