Les renouvelables après la COP

Bon, l’AIE vient de l’annoncer: les émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie sont restées en 2015 à peu près au même niveau qu’en 2014 et 2013 – à 32 milliards de tonnes. Et d’ajouter que « les données préliminaires suggèrent que les renouvelables ont joué un rôle critique », comptant « pour environ 90% de la production nouvelle d’électricité en 2015 ». En y regardant de plus près on voit que les renouvelables sont un facteur parmi d’autres… mais aussi que leurs perspectives se sont déjà améliorées avec la COP.

Les émissions mondiales se sont grosso modo stabilisées parce qu’elles ont reculé chez les deux plus grands émetteurs, la Chine et les Etats-Unis. L’utilisation du charbon décline en Chine depuis 2013 dans la production d’électricité, mais il semble que l’essentiel viennent d’un déclin de l’intensité énergétique. La poussée des renouvelables – y compris de l’hydroélectricité – vient en second. De fait, la Chine a installé en 2015 30 gigawatts d’éolien, 16 d’hydroélectricité et 15 de solaire. La production aurait été encore meilleure si l’insuffisance des réseaux n’avait pas conduit à la perte d’un bon 15% de la production éolienne – chiffre moyen, la perte frôlant les 40% dans les régions de l’ouest.

Cependant, la part des renouvelables va certainement devenir prépondérante dans la décrue des émissions de CO2, qu’on peut espérer mondiale à brève échéance. Au-delà des réductions de coûts constatées l’an dernier pour les centrales PV au sol et les éoliennes à raccorder entre maintenant et 2018, très impressionnantes, d’autres signaux positifs ont été émis peu avant, pendant ou après la COP. Par exemple:

  • aux Etats-Unis, le crédit d’impôt à la production (pour l’éolien) et celui à l’investissement (pour le PV) ont été prolongés;
  • Le Mexique a publié les règles des marchés de l’électricité et des certificats d’énergie propre avec un agenda précis des enchères pour des contrats à long terme
  • Le Japon aussi se tourne vers les enchères pour le PV au sol, de façon à en réduire le coût
  • Le gouvernement indien a publié des objectifs par Etats pour arriver aux 17% d’obligations d’achat de renouvelables en 2022
  • Après que le Président chinois a réaffirmé la priorité de « dispatch » de l’électricité renouvelable et annoncé un système national d’échange de permis d’émissions de CO2, le ministère de l’énergie a annoncé début mars un marché de certificat verts; le 13e plan quinquennal a été approuvé dans ses grandes lignes qui font la part belle aux énergies propres et à l’innovation, même si le détail des objectifs à 2020 n’est pas encore connu.

A part la Chine, il reste d’importantes inconnues, comme la gouvernance européenne des objectifs 2030, le sort du Plan américain pour l’électricité propre ou la stabilité des incitations en Inde. Ah, et j’allais oublier, le sort de la programmation pluriannuelle des investissements en France…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *